Court-Circuit Team iRacing sur Court-Circuit Team

iRacing - Tests et avis

Retour page principale

Calendrier Schedule

Voitures / Cars

Circuits / Tracks


Autres pages :

 

 

 

 

 

 

 

VIDEOS SUR IRACING
SCREENSHOTS
NEWS - NOUVEAUTES
PROCHAINEMENT SUR IRACING
ACHAT - SOUSCRIPTION

 

Télémétrie McLaren
Installation et première configuration :
VOIR MA PAGE : TELEMETRIE MCLAREN

SETTINGS PAR VOITURE
SETUPS PAR VOITURE

 

 

CIRCUITS ROAD
CIRCUITS OVAL
CIRCUITS ACTUELS ET FUTURS...

 

VOITURES
CIRCUITS

 

TEST ET AVIS

SCREENSHOTS

 


iRacing sur Canardpc.com

Canardpc.com
Test de iRacing

"Au-delà des querelles de clocher, iRacing est incontestablement la meilleure expérience disponible pour les acharnés de pilotage. On pourra lui reprocher sa fermeture à toute sorte de modding, l’impossibilité de créer ses propres courses, ainsi que diverses autres lacunes citées. Mais il n’en reste pas moins la nouvelle référence en termes de simulation pure. Concluons par l’abonnement, extrêmement polémique : si vous êtes un vrai simracer et que votre budget le permet, iRacing vaut ses 20 $/mois, eu égard au plaisir généré. Pour les autres, les simulations en place suffiront à leur bonheur."

Fishbone 9/10

 


iRacing sur AutoSimSport

AutoSimSport
Télécharger AutoSimSport n°4

Conçu par les anciens développeurs de Papyrus (Nascar 2003 Racing Season, Grand Prix Legend), notamment Dave Kaemmer,
iRacing est la simulation la plus réaliste au niveau des sensations de conduite.

Voir l'article (en anglais) sur AutoSimSport.net :
avec une interview très intéressante de Dave Kaemmer sur la conception de iRacing (les physics notamment)

Mais justement, les physics sont-ils vraiment au top sur iRacing ?

 

On why the decision to use N2003 as base for iRacing’s new simulator …

DAVE: That code base was the culmination of years of work starting with the Grand Prix Legends code base. It has in it some great pieces of technology, and we didn’t {think it necessary} to rewrite the entire physics engine, nor the multiplayer packet stuff, or {the} things having to do with track representation: There’re a zillion things in there that are still sitting around for us to hook back in, so—a parallel would be {to look at the N2003 code} as a donor car.

 

(autosimsport_vol4_num4_v2c.pdf)

 

Top


07/02/2012 : Iracing : mon coup de gueule.

Il y a deux points sur lesquels je suis en total désaccord avec certains utilisateurs de Iracing :

Le coût de la simulation :

"Certains" considèrent qu'on est "gâtés" avec la qualité de la simulation, avec les mises à jour régulières d'Iracing et les constantes améliorations. Et ils comparent facilement avec d'autres simulations.

- Ils oublient que *Iracing est très cher ! : Depuis septembre 2008, l'achat total de la simulation avec l'abonnement m'a coûté plus de 750.00 euros.
C'est quand même bien normal qu'on aie des mises à jour et un suivi constant pour ce prix-là ! Il n'y a aucun "privilège". On paie pour ce qu'on a.
Et puis c'est absurde de comparer Iracing à d'autres simulations bien moins onéreuses.

 

L'absence de qualfifications obligatoires :

Sur Iracing, qui se veut une simulation "réaliste", les qualifications ne sont pas obligatoires. Ceux qui ne font pas les qualifications sont placés en fond de grille.
En conséquence, au début d'une course, on trouve des gens très rapides à l'arrière, qui vont "pourrir" la course d'autres pilotes placés juste devant, moins rapides, mais qui auront fait les qualifications.
"Certains" trouvent ça normal, ou tout au moins pas dérangeant... pour eux évidemment ! Car ils ont la chance de faire partie des meilleurs et ce problème ne les concerne pas.
Car sur Iracing, on pense surtout à soi... et pas de pitié pour les faibles : Iracing est une simulation élitiste.

 

 

 

Top

07/04/2011 : Y a pa grand monde :(

Chez iRacing, ils ont sorti tellement de voitures, qu'ils ont multiplié les sessions et divisé les participants...

Ca devient difficle de faire une course. C'est presque impossible en F1, faute de participants.

Aujourd'hui, 7 avril, 19h00 :
- 100 personnes en open practice au total (voir image)
- 1800 iRacers Online (mais où sont-ils ?)

 

Interlagos

Pour afficher la fréquentation :
Voir la page : iRacing weekly statistic

iRacing Weekly Statistic

 

Pour afficher tous les participants
(Race, Qualifs, TT, Practice)

- menu EVENTS,
- Spectator Sessions

 

Spectator Sessions

 

J'aime bien Iracing. Même si...
- Ca coûte très cher.
- C'est impossible à revendre (basé sur le titulaire d'une Carte Bleue).
- Si on arrête, on perd tout...
Et puis paradoxalement, quand on a tout acheté... on est un client moins intéressant.

 


04/02/2011 Mode "grand couillon"

Iracing Online

J'aime bien Iracing. Même si...
- Ca coûte très cher.
- C'est impossible à revendre (basé sur le titulaire d'une Carte Bleue).
- Si on arrête, on perd tout...
Et puis paradoxalement, quand on a tout acheté... on n'est plus un client intéressant.

 

Mais quand même. C'est plus comme avant...
Au départ, c'était très "cool". On payait certe, mais l'ambiance était là. On faisait partie d'une communauté de privilégiés où tout le monde (ou presque) se respectait.
Maintenant, ça devient le bazard. De plus en plus d'intolérance et d'insultes (déguisées). De plus en plus d'excités... et on ne peut rien dire, rien faire... simplement continuer à payer.

 

Et puis il y a les "ruses" d'Iracing (ils sont très forts)
Sur Iracing, on voit le nombre de pilotes "Online".
Attention. Il suffit que l'on passe sur le site (pour voir le forum ou regarder ses stats) pour être considéré "online". Mais on n'est pas sur la piste.

Quand j'ai souscris à Iracing, j'avais cru naïvement que "Jacques Villeneuve" était sur la simu.
Argument de vente imparable : ça doit être top si Villeneuve fait du Iracing !
Tu parles... c'est comme si tu donnais une poupée gonflable à Rocco Siffredi...

 


Les plus et les moins d'iRacing

Les avis sur Iracing :

 

Les avis sur Iracing sont, en général très tranchés :

- Il y a ceux qui critiquent systématiquement Iracing. Ils critiquent le coût et la méthode de commercialisation (ils n'ont pas tort). Ou ils critiquent les physiques d'Iracing (ils n'ont pas forcément tort non plus).

- Il y a ceux qui encensent Iracing. Pour eux, c'est la meilleure simulation qui soit (alors qu'Iracing est une simulation comme une autre et comporte pas mal de défauts). Ceux qui trouvent toujours une réponse à toute critique formulée contre Iracing. Certains comparent Iracing à GTR Evo (alors que le prix est tellement différent).

Je me situe entre les deux.

Mon avis est loin d'être tranché, car j'aime cette simu (comme les autres simus) et que j'y prends du plaisir (pas tout le temps).
Je trouve qu'Iracing est une simulation de qualité, et que le système de compétition est unique et motivant. Mais je trouve aussi que les défauts d'Iracing sont inacceptables pour une simulation de ce prix.

 

Je suis sûrement partial et changeant dans mes avis. Oui, je cherche, je compare, je m'interroge. Mais une chose est sûre : Iracing est loin d'être parfait, il ne faut pas le nier. Et puis ça n'est pas en encensant Iracing aveuglément que l'on va inciter ses concepteurs à l'améliorer.

J'aimerais que les pourfendeurs et les adorateurs d'Iracing abandonnent leur parti pris et leurs préjugés pour faire des critiques plus constructives.

 

 

J'ai évidemment la dent plus dure pour une simulation qui m'a coûté, jusqu'à présent, 600 euros, une simulation que je ne peux plus utiliser si je ne m'acquitte pas de l'abonnement (120 euros / an)

Les Editeurs ont accomplit le tour de force de faire acheter voitures et circuits, et de faire payer un abonnement obligatoire pour utiliser ce qu'on a acheté. C'est unique.

 

iRacing est très cher. Bien qu'il s'améliore constamment (encore heureux, avec tout l'argent qu'on y laisse), il faut bien reconnaître qu'il n'est pas exempt de défauts. Ca reste plus un "jeu vidéo" qu'une simulation.

 

Début 2011 :

C'est très dur d'avoir un avis impartial et objectif sur Iracing. Certains aspects empêchent d'avoir un jugement raisonnable.

Iracing, c'est beaucoup de Communication. Ca n'est pas pour rien qu'Iracing sponsorise de vrais pilotes. Si de vrais pilotes pratiquent Iracing, c'est que c'est la meilleure simulation

Iracing, c'est cher. Si c'est cher, c'est obligatoirement de très bonne qualité. Si on dépense tant d'argent, c'est qu'on est sûr de la qualité du jeu.

iRacing Problem
Les problèmes d'iRacing

iRacing a des avantages certains sur les autres simulations :

 

Les plus :

 

Les circuits :

Ils sont superbes, très bien réalisés, fidèles à la réalité, avec des couleurs et une lumière qui cause peu de fatigue visuelle.
Certains trouverons leur aspect un peu "cartoon". C'est vrai que ça n'est pas "photo réaliste".

 

Le lobby :

Le grand intérêt de Iracing c'est de conserver temps et classements, d'organiser des championnats, etc. C'est très motivant pour évaluer son niveau, se mesurer aux autres pilotes et s'améliorer.

 

Les sons :

Les sons des voitures sont excellents, particulièrement au casque (seul Race 07 s'en approche).
On peut regretter les crissements de pneus parfois exagérés (il paraîtrait que ça serait pour sentir la limite d'adhérence)

 

Les moins :

 

Le retour de force :

Ma première impression était : "très agréable (équivalent de Race 07)" Cependant, en comparant longuement le retour de force sur toutes les voitures de Iracing, je ne suis plus autant convaincu.
On peut uniquement activer/désactiver le retour de force et modifier sa puissance. Et ça n'est pas suffisant. (voir plus bas).

 

Les physiques :

Les physiques, à mon avis, ne sont pas meilleurs que sur les autres simu : Iracing reste un "jeu vidéo".
Le mouvement des voitures s'effectue autour d'un axe central, ce qui entraîne des comportements parfois erratiques. La véritable amélioration sera lorsque le mouvement des voitures sera calculé en fonction des forces physiques appliquées sur chaque roue. Cela seul pourra permettre de simuler un comportement réaliste.

Parmi les défauts :

Comme sur les autres simulations, les voitures ont une tendance à tourner sur elles-mêmes (toupie) et c'est ce que l'on appelle (à tort à mon avis) le "survirage". En conséquence, les voitures peuvent sortir de la piste à l'intérieur du virage (voir image).

Pour limiter les effets négatifs de la simulation, empêcher la voiture de tourner exagérément :
- freiner avec le pied gauche. Accélérer et freiner en même temps dans les virages. Cela permet de contrôler et de stabiliser la voiture.
(évidemment, cela est sans conséquence sur l'usure des freins. Peu réaliste tout ça...)

L'aérodynamisme n'est pas pris en compte. Par exemple, l'endommagement de l'avant d'une voiture ne cause aucune perte de performance !

Le drift devient fortement exagéré lorsqu'on veut pousser les voitures : Même sur une Formule, la conduite ressemble plus à du Rallye.

 

Certaines fonctionnalités sont absentes :
- Edit : les temps intermédiaires sont maintenant disponibles.
- pas de possibilité de gérer / planifier des arrêts au stand,
- pas d'embrayage : pour prendre un bon départ, il faut accélérer à fond au point mort, et passer la première vitesse au feu vert.

En fait, iRacing est issu de Nascar Racing 2003, une simulation conçue pour les ovales américains.

Un peu "léger" pour une simulation qui m'a coûté, jusqu'à présent, 600 euros, et qui devient inutilisable dès qu'on cesse de payer l'abonnement.

 

Il est à remarquer que les premiers utilisateurs de iRacing (jusqu'à fin août 2008) avaient le statut de beta-testeur. A ce titre, ils ont bénéficié, gratuitement, de tous les circuits et les voitures sortis à cette date ($350 Voir ici). Ce coût est, évidemment, répercuté sur les nouveaux acheteurs, qui eux, payent intégralement et au prix fort tous les circuits et les voitures du jeu.

En conséquence, on peut avoir une vision différente de la simulation, suivant le prix qu'elle nous a coûté...

 

Le Safety Rating :

Il consiste à pénaliser le pilote pour tout écart de conduite.
C'est une bonne idée pour inciter à perfectionner sa conduite. Cependant, cette formule est parfois injuste et mal conçue. Evidemment, les meilleurs "équilibristes" n'auront aucun mal à conserver leur SR à un niveau élevé. Mais les moins bons ?...
La moindre faute est sanctionnée (passage sur un bord de piste)
Si on perd trop de SR, on descend de catégorie... et on ne peut plus conduire (sauf en test), les voitures que l'on a chèrement achetées !

Sur un total de 5.00 de SR, on peut perdre 1.00 et plus lors d'une course ! soit le cinquième de ses points ! Ridicule.

Pour les meilleurs, les plus adroits, le SR n'est pas un problème. D'autant plus qu'une victoire permet d'acquérir des points de SR. Mais pour les moins bons, c'est la conduite, "la peur au ventre". En conséquence, on peut, finalement, se contenter de rouler en entraînement au lieu de prendre des risques en course. C'est le comble pour une simulation de course automobile aussi chère.

 


Mon avis sur iRacing

Mon avis sur iRacing est très changeant !
Emballé lorsqu'on est en période de réussite, très critique lorsqu'on a à subir les défauts de la simulation.

Il faut avouer que l'enjeu est tellement grand parfois, que le tempérament pousse à critiquer cette simu.... pourtant exceptionnelle !

 

Après un an d'achats et d'utilisation, mon avis sur iRacing est mitigé.
Il faut bien réfléchir avant de franchir le pas : iRacing est cher et pas exempt de défauts.
Parfois, je regrette les 600 euros que j'y ai dépensés. Et ce montant va continuer à grossir : obligatoire pour utiliser la simulation.
Les défauts et les manquements sont réels, et difficilement acceptables parfois, quand on considère le prix que l'on a payé...
Parfois, je me dis que c'est une simulation "au-dessus de la moyenne" (heureusement, pour le prix...)

 

Début 2010 : Je me dis que cette simulation est formidable !

Il faut beaucoup pratiquer, ne pas s'éparpiller.
Il faut utiliser chaque semaine à s'entraîner, prendre de l'assurance, peaufiner ses trajectoires... et là, le plaisir vient !
Lorsqu'on est prêt, on peut participer aux courses.

 

Le prix et l'utilisation limitée :

 

Iracing est une simulation très chère, à l'achat et à l'utilisation.
Pour utiliser Iracing, il faut :
- payer les circuits et voitures que l'on utilise (entre 15 et 25 dollars l'unité),
- payer un abonnement pour pouvoir utiliser Iracing (13 dollars par mois ou 156 dollars par an

 

L'investissement est à fond perdu :
La simulation est inutilisable dès qu'on arrête de payer l'abonnement
iRacing ne peut être revendu, même en ce qui concerne les voitures et circuits achetés séparément. L'abonnement est strictement personnel.

 

Début 2010

Mais le coût de développement est élevé. Il justifie le coût de la simulation.
Le travail est continuel de la part du staff iRacing : il faut considérer le coût des serveurs qui doivent être fonctionnels et assurer la charge 24 heures sur 24.

Si iRacing était moins cher, il y aurait plus de monde. Mais plus de participants nécessite plus de serveurs. Plus de participants pourrait également amener des comportements différents...

L'élitisme d'iRacing fait que ce sont vraiment des passionnés qui participent.

 

 

Pas d'utilisation en dehors d'Internet :
La connexion sur le site Internet d'Iracing est indispensable pour utiliser Iracing.

 

Début 2010 :

Ce sont les serveurs d'iRacing qui sont utilisés.
Pour que le classement soit impartial et sans tricherie possible, il faut que tout soit gérer par le staff iRacing, seul garant de l'honnêteté du jeu.

 

 

Avec iRacing, on paie extrêmement cher... pour ne rien posséder !
Avec Iracing, on est prisonnier de son achat : obligé de continuer à payer si on ne veut pas tout perdre.

 

Début 2010 :

Sur iRacing, on paie un plaisir de jeu, et il est énorme.
On n'est pas obligé de tout acheter.

Lorsqu'on a goûté au plaisir d'iRacing, c'est dur, voir impossible, de s'en détacher.

 

 

Le nombre d'abonnés :

 

Le prix élevé de la simulation fait que le nombre de participants reste limité.

De plus, on ne peut connaître le nombre exact d'abonnés actifs, puisque toute personne qui s'abonne, même 1 mois, reste comptabilisée comme utilisateur d'Iracing. C'est donc la grande inconnue quant au nombre de participants.

 

Début 2010 :

Parce que l'on peut interrompre son abonnement et le reprendre ultérieurement, en conservant évidemment circuits et voiture.
iRacing est une simulation qui s'envisage dans la durée.

Depuis la baisse de prix, iRacing est devenu bien plus abordable. Le nombre de participants augmente.
De plus, en effectuant un certain nombre de courses durant un championnat, on bénéficie d'un crédit iRacing pour acheter voitures ou circuits.

 

 

Le problème est que si les grilles de départ sont peu remplies, les courses s'effectuent entre pilotes de niveaux très différents. Ce qui diminue l'intérêt, aussi bien pour les meilleurs que pour les moins bons.

 

Depuis la baisse de prix, iRacing est devenu bien plus abordable. Le nombre de participants augmente.
Il y a plus de monde, évidemment, dans les séries les plus appréciées.

 

 

Fonctionnement :

 

Le programme d'utilisation des voitures et circuits est définit par iRacing.
Pour chaque voiture, on utilise un circuit toute une semaine (voir ma page calendrier) Seuls les voitures et circuits signalés dans le calendrier peuvent être utilisés en réseau. On peut seulement *tester* individuellement les autres voitures et circuits que l'on possède mais qui ne sont pas dans le programme de la semaine ou dont on ne possède pas la licence.

 

Début 2010 :

La meilleure façon de progresser et de prendre du plaisir, c'est de s'entraîner longuement sur la même piste.
Une semaine entière permet de trouver suffisamment de temps pour s'entraîner, faire des qualifications et participer aux courses.
Il existe maintenant la possibilité de "hoster" des parties : pour $3.00, on peut configurer une session complète (practice, qualification, course) et accueillir d'autres pilotes.

 

 

Si on ne possède pas le circuit ou la voiture d'un championnat, on ne peut, évidemment, y participer.
Même si on possède la voiture pour effectuer un championnat, il peut arriver qu'un nouveau circuit soit intégré et nécessaire à acheter.

 

Début 2010 :

Les circuits sont superbes !

Brands Hatch, le dernier sorti, est une merveille à piloter.
On attend Zolder avec impatience.

 

 

Le côté commercial :

 

iRacing est basé essentiellement sur l'argent et répond à une logique avant tout commerciale.
Il faut toujours payer pour acquérir des circuits et des voitures.
De nouveaux circuits et voitures sortent régulièrement... qui peuvent remplacer les précédents achats et les rendre inutilisables, au moins temporairement (voir la Siver Crown).

 

Début 2010 :

Logique commerciale... encore faut-il qu'elle soit rentable.
iRacing nécessite beaucoup de frais de développement et de maintenance.
Participer à iRacing, c'est soutenir ce concept.

iRacing ne ressemble à aucune autre simulation. iRacing est d'une telle qualité que toute autre simulation est bien fade à côté...

 

 

La langue : anglais obligatoire.

 

Tout est en anglais dans iRacing. L'interface du jeu, les aides, règlements et manuels d'utilisation.
Même en cas de problème ou de réclamation, il faut s'exprimer en anglais.

Pour tout problème d'utilisation, il faut cependant reconnaître que le support iRacing est très réactif.

 

Début 2010 :

Il y a peu de problème sur iRacing.
Au cas où, ce site est là pour aider. Et il y a le forum très actif : Iracing.fr/forum

 

 

Le réalisme de la simulation :

 

Sans conteste, on a, dans l'ensemble, un très bon ressenti à la conduite des voitures d'iRacing. Le retour de force, les sons, tout est bien simulé.
Par contre, le moteur physique est ancien, basé sur NR2003.
Sur iRacing, il faut *absolument* freiner du pied gauche. C'est indispensable pour obtenir les meilleures performances, particulièrement dans deux situations :
1 Au freinage : Accélérer en même temps que l'on freine permet d'éviter le blocage des roues. Cela raccourci énormément la distance de freinage.
2 Dans les virages : Accélérer et freiner en même temps permet de garder le contrôle de la voiture et d'éviter cette tendance à partir en toupie.
On peut le constater en écoutant les bruits moteurs des autres voitures en vue cockpit.

L'aérodynamisme n'est pas géré correctement. Sur une monoplace, on peut détruire l'avant de la voiture et conserver les mêmes performances.
(iRacing est conçu avant tout pour la course en ovale, où l'aérodynamisme n'a pas ou peu d'incidence)

 

Début 2010 :

iRacing progresse à grand pas. Le coût d'iRacing fait aussi que les améliorations sont constantes.
A chaque "build" (mise à jour) de nouvelles fonctionnalités apparaissent.

 

 

Le plaisir de conduite :

 

iRacing est élitiste. Les bons moments sont pour les pilotes ayant le plus d'habileté. Pour d'autres, moins adroits, c'est parfois "la peur au ventre" que l'on roule, de peur de perdre des points de SR (Safety Rating) lors de sorties de route ou collisions.
iRacing a des défauts de conception (un choc à l'avant n'aura pas forcément d'incidence sur le comportement de la voiture), et pourtant, des règles intangibles.

 

Début 2010 :

Rouler, rouler et encore rouler.
Comme toute simulation, iRacing est difficile à pratiquer au début. Mais les résultats (et les satisfactions) finissent par arriver.

De plus on dispose de différents classements (dont différents challenges) dans iRacing :
- Lorsqu'on n'est pas très bon, on peut viser un bon Safety Racing : on se concentrera sur la régularité plus que sur la performance.
- On peut se concentrer sur un championnat, une série.
- On peut viser un classement en Time Trial

Chacun peut trouver son challenge dans iRacing. Et la consultation, avec satisfaction, de ses statistiques, de sa progression.

 

 

Le retour de force :

 

Ma première impression était : "très agréable (équivalent de Race 07)"
Cependant, en comparant longuement le retour de force sur toutes les voitures de Iracing, j'en arrive à ce constat (personnel) :
- le ressenti du retour de force est très variable en fonction de chaque voiture : on a l'impression que la puissance et les effets ont été modifiés spécifiquement pour différencier les sensations de conduite. Cela se ressent particulièrement en comparant la Mazda et la Lotus
Sur la Mazda le volant offre une résistance normale à la rotation : on peut choisir sa trajectoire avec précision.
Sur la Lotus, le volant offre très peu de résistance à la rotation : il est très difficile de maintenant le volant en position.
Dur (sur les bosses) et mou (dans la direction), le retour de force sur la Lotus est un véritable supplice.

 

Début 2010 :

L'effet sur le retour de force peut être corrigé / modifié en jouant sur certains réglages : steering ratio et caster (pour la Lotus)

Le comportement et les physiques des voitures s'améliorent : La Dallara et la Corvette bénéficient de ces améliorations et sont très plaisantes à conduire.

 

 

Le retour de force s'avère être un handicap pour réaliser de bons temps.

Son action la plus puissante concerne le revêtement du circuit (en effet, les circuits d'Iracing reproduisent les aspérités et les bosses).
Cependant, on arrive souvent au résultat suivant :
- faible ressenti à la rotation (particulièrement pour la Lotus ou les voitures d'ovale (Impala, Silverado),
- ressenti puissant au roulage.
En conséquence, on a du mal à maintenir le volant droit à cause des cahots ressentis continuellement.
Bref, on comprend pourquoi les meilleurs résultats sont obtenus sans retour de force !
Un peu léger pour une simulation qui se veut "real simulator".

 

Début 2010 :

Le problème est le même pour toutes les simulations. On ne peut obliger à utiliser le retour de force.
Et puis la différence de matériel entre les pilotes doit jouer énormément. Quel avantage cela doit-il être d'avoir un pédalier CST ! (voir ma page)

 

Début 2011 :

Quand je compare le retour de force d'Iracing avec le ressenti sur la Formula Master de Race On... je suis déçu.
Sur Race On, on sent l'adhérence des pneus dans le volant, les amorces de glissade.
Sur Iracing, de bons pilotes préfèrent rouler sans retour de force.
Sur Iracing, on sent comme si la route avait des aspérités. C'est d'ailleurs ce qui avait impressionné au départ : Iracing reproduit tellement fidèlement les circuits, que l'on sent la moindre bosse !... Mais est-ce réaliste ? Après réflexion, le scan du circuit au laser ne doit pas permette d'enregistrer les bosses au centimètre près ? D'ailleurs, sur Mid-Ohio, certains se plaignaient de ne pas ressentir de bosses.

 

 

Le comportement des autres joueurs :

 

C'est évidemment primordial en matière de simulation automobile. Bien que la "sanction" du SR oblige, normalement, à une certaine prudence et un respect des autres pilotes, ça n'est pas toujours le cas.
On peut toujours se faire heurter par l'arrière et sortir de la piste sans pouvoir faire quoi que ce soit.
Il existe une procédure de "Protest" qui permet de contester ou de dénoncer un comportement. Mais elle doit être faite en anglais, avec arguments et preuves si possible.

 

Début 2010 :

Les pilotes sont très corrects dans 99% des cas.
Evidemment, on sent que certains sont plus timorés alors que d'autres semblent pleins de fougue.
Mais plus on monte en licence, et plus les courses sont propres.

Là encore, le prix de la simulation fait qu'elle est pratiqué en bonne partie par des gens "d'un certain âge" et on ne retrouve pas la "folie" des serveurs rFactor ou Race.

 

Début 2011 :

Plus ça va, plus les comportements "dérapent". Si la majorité des pilotes sont respectueux, il y a néanmoins de plus en plus d'incivilités...

 

 

Le système des licences :

 

On passe, successivement, du niveau Rookie aux licences D, C, B et A.
Ca n'est pas représentatif de la qualité de pilotage. Une simple participation à quelques courses ou Time Trial (sans obligation de résultat) permet de passer dans la catégorie supérieure.
Evidemment, chaque licence permet d'utiliser voitures et circuits spécifiques. Il faut donc que le "client" progresse facilement pour qu'il achète !

Le problème est pour les autres pilotes : cela créé des niveaux de pilotage disparates : les IA sur rFactor sont meilleurs que certains pilotes sur iRacing !

 

Début 2010 :

Dans les licences supérieures (A et B), les pilotes s'appliquent. Le sérieux du plus grand nombre s'impose naturellement aux nouveaux arrivants.

 

Début 2011 :

Maintenant, le système de "Fast Track" permet d'accéder trop rapidement en licence A.

 

 

Conclusion :

 

Si on veut se faire plaisir : rFactor ou GTR Evolution
Si on veut s'investir à fond (dans tous les sens du terme : temps et argent) et que l'on recherche la compétition et les émotions : iRacing

 

Début 2010 :

Si on veut se faire plaisir : on pratique iRacing, à fond, sérieusement.
Les satisfactions sont énormes sur cette simulation. Pour peu qu'on s'applique, et qu'on voie les compteurs grimper : iRating et points aux championnats.

 

site réalisé par aidewindows.net

 

 

Haut de page